Accueil>Netlinking>Tout savoir sur le netlinking>Comment fonctionne le netlinking ?

Comment fonctionne le netlinking ?

Google souhaite, avant tout, proposer du contenu de qualité à ses internautes. Pour se faire une idée de la "qualité" ou de la pertinence d'un contenu, les robots du moteur de recherche vont analyser les "votes" que la page reçoit. Ce que Google considère comme des votes, c'est le jus transmis par les liens hypertextes. Par conséquent, le premier élément du netlinking est la puissance des liens qui va être transmise. Concernant les backlinks ou liens entrants, il faut toujours viser la qualité plutôt que la quantité. Pour cela vous pouvez utiliser des outils seo ou confier votre stratégie de netlinking à une agence de référencement.

 

Le jus

Le jus de liens (« Link Juice » en anglais) est la transmission de la popularité (le « Page Rank » ou « PR ») qu’engendre une page ciblant une autre par l’intermédiaire d’un backlink. Cette notion est un des piliers d’une stratégie de netlinking.

Le terme imagé de « jus » permet la visualisation du processus : le jus se déverse du récipient principal dans d’autres contenants qui déversent également du jus par la suite.

jus_de_liens_fonctionnement_netlinkingLe Link Juice prend plusieurs critères en considération :

  • L’autorité: elle est généralement identifiée par l’indicateur nommé « Trust Flow ». Le Trust Flow est l’indice de confiance d’un site web ou d’une page web, il évalue la qualité des backlinks. Compris en 0 et 100, cet indicateur est calculé sur la base d’une échelle logarithmique. Créé par Majestic SEO, le Trust Flow est souvent associé au Citation Flow, l’indice de puissance (quantité de liens)
  • L’ancre: elle permet d’indiquer aux moteurs de recherche le contenu qui sera accessible par l’intermédiaire de ce lien.
  • La position: un lien placé au début d’une page aura plus de poids qu’un lien présent en bas de page.
  • Le nombre de liens: le nombre de liens présent dans une page doit être limité. Nous détaillons ce critère dans la rubrique « Limiter nombre de liens »

 

Page rank

Le Page Rank, ou PR, est un critère de pertinence, à la base de l’algorithme de Google qui permet d’analyser la quantité et la qualité des liens qui pointent vers une page web. Sur Internet toutes les pages sont liées entre elles avec des liens, Google a voulu savoir quelles sont les pages les plus populaires et quelle est la probabilité qu’un internaute qui passe d’un lien en suivant les sites tombe sur une page. Le pagerank est donc la base de l’algorithme de Google qui peut se traduire ainsi : plus votre site reçoit des liens, plus il y a de chances que les visiteurs viennent sur votre site et donc plus Google le fera monter dans ses résultats de recherche. Il s’agit donc de calculer la probabilité d’arriver sur toutes les pages du web, cet indice est une donnée fixe mesurant la popularité d’un site. Le PR se diffuse aussi en interne comme nous le verrons dans notre article sur le maillage interne.

 

Page Rank thématique

Le Page Rank est presque aussi âgé que le moteur de recherche Google, mais les évolutions des acteurs et des pratiques ont amené à la création d’un nouveau concept : le Page Rank Thématique. Google a rajouté cet algorithme de Page Rank thématique en 2011 en s’appuyant sur l’annuaire Dmoz.  Le page rank thématique est à l’origine du cocon sémantique puisqu'il donne du sens aux liens.

Un site internet a la possibilité d’être associé à plusieurs Pagerank thématiques. Quand un site traite de plusieurs sujets, la valeur du PageRank Thématique se divisera entre ces différents sujets. Par exemple, si un site web traite de deux sujets, Google associera 50% à chacune des thématiques. Le PageRank Thématique favorise donc les pages traitant d’un seul sujet pour optimiser le référencement naturel.

 

Netlinking sémantique

Il faut savoir que Google vectorise les textes. Ainsi, si un terme est rare sur le web mais que l’on retrouve très souvent ce terme et ses champs lexicaux associés dans une page, Google considérera certes dernière comme pertinente. La pertinence lexicale est calculée par Google grâce au TF-IDF et au cosinus de Salton. Les experts SEO s’accordent à le dire : la sémantique ne doit donc pas être opposée au netlinking mais bien couplée pour obtenir toute la puissance des liens tout en bénéficiant d’une parfaite contextualisation. Le netlinking sémantique permet donc de booster le référencement Google de son site web.

 

Dans le netlinking, le lien n’est pas le seul élément qui intervient dans le référencement d’un site internet. Le choix des ancres est primordial dans une stratégie de netlinking. Une ancre est définie par le texte cliquable où se situe le lien hypertexte. L’ancre est considérée par google comme du contenu ajouté à la page de destination. L’optimisation de cette ancre favorise donc le référencement.

Le balisage des liens est également important : un lien est catégorisé de « dofollow » ou « nofollow ». Un lien contenant la balise « dofollow » indiquera à Google que le lien doit être pris en compte par les robots des moteurs de recherche. La majorité des liens classiques comportent cette balise. Un lien peut également contenir la balise « nofollow » qui indique au robot des moteurs de recherche de ne pas prendre en compte un lien. Cette balise peut être utilisée lorsqu’un webmaster ne souhaite pas être associé au site cible ou ne pas indexer une page interne. Les liens provenant de réseaux sociaux sont catégorisés en « nofollow ». Cette balise ne transmet par de jus à la page cible. Il y a donc des différences de conséquences en référencement  non négligeables entre ces deux balises.

Au-delà du lien, le contexte sémantique de la page ainsi que la structure du contenu du site web sont primordiaux pour assurer un référencement optimisé. Nous vous invitons à vous référer au paragraphe traitant du netlinking sémantique pour plus de détails à ce sujet.

 

Les risques

Bien qu’efficace, le netlinking n’est pas sans risques en cas de mauvaises pratiques (black hat) et peut conduire à des pénalités Google si votre profil de liens ne semble pas naturel. C'est pourquoi il est généralement préférable de confier sa stratégie de netlinking à une agence ou un consultant SEO expérimenté.

La stratégie de netlinking doit être maniée avec précaution et expertise. Plusieurs solutions permettent de mener à bien cette stratégie. Le risque principal du netlinking est la sur-optimisation. Il est très tentant d’utiliser les optimisations à outrance. Cela est efficace sur le court terme, mais les résultats à moyens et longs termes peuvent être réduits. La règle d’or à suivre est d’agir en adéquation avec ce qui se passe naturellement sur internet. Il faut donc éviter d’utiliser un trop grand nombre d’ancres optimisées, d’être trop présents sur des annuaires ou encore d’avoir des liens sur des sites de qualité et de votre thématique.

Envie de mieux comprendre les risques inhérents au netlinking ? N'hésitez pas à visionner la vidéo de Mikaël Priol du SEOBYNIGHT 2019 :

 

Google Pingouin

Une stratégie de netlinking doit avant tout être naturelle au risque de voir son site pénalisé par Google. La pénalité Google Penguin lutte contre les liens de faible qualité et fait la chasse aux sites qui essaient de manipuler leur popularité. Ce filtre est intégré à l’algorithme de pertinence.

 

Pénalité manuelle

Une action manuelle est une pénalité infligée par Google à des sites web qui tentent de manipuler l’algorithme du moteur de recherche et qui ne respectent pas ses guidelines. C’est la Search Quality Team, SQT, de Google qui examine et inflige l’action manuelle. 

Cette pénalité génère généralement une forte perte de position des pages d’un site web dans les résultats de recherche.

Une autre pénalité est à dissocier de la pénalité manuelle : la pénalité algorithmique. Cette pénalité apparait lorsqu’une page d’un site internet est face à un fort recul sur les résultats de recherche alors que le contenu n’a pas changé de manière notable.

Lorsqu’une pénalité google est réalisée, elle est généralement spécifiée sur la Search Console mais elle peut également se traduire par une perte de trafic importante.

 

Liens coupés

A compléter

 

Negative seo

Le référencement SEO a pour but d’améliorer le positionnement d’une page ou plus généralement d’un site sur les moteurs de recherche. Cette technique est principalement initiée par des annonceurs qui souhaitent augmenter leur visibilité et donc leur trafic.

Lorsqu’il est mal mis en place, les stratégies d’amélioration du référencement peut être contre-productif et nuire à celui-ci.

Certaines personnes mal intentionnées se sont servies de ces techniques SEO pour nuire au référencement naturel de leurs concurrents. C’est ce qu’on appelle le Negative SEO : nuire volontairement au référencement d’un site internet dans le but de générer des pénalités SEO.

 

Le maillage interne

Les stratégies de netlinking ne porteront pas leurs fruits sur un site mal structuré et pauvre en contenus. Pour atteindre la première page de Google, il est indispensable de soigner l’architecture de son site ainsi que son contenu rédactionnel. Le maillage des pages internes d’un site est primordial en SEO. Le maillage interne correspond aux liens internes qui relient les pages d’un même site web entre elles. Lier les pages de votre site permet de fluidifier la navigation dans un site internet et transférer le jus dans votre site. C’est donc un atout dans le référencement naturel. Ce maillage est au cœur des stratégies de cocons sémantiques, notamment des techniques de siloing.

 

Siloing

Afin de structurer votre site internet, vous pouvez utiliser la technique du siloing. Le siloing est un type d’architecture servant de base au cocon sémantique. Cette stratégie qui consiste à respecter une unité thématique a été imaginée par Bruce Clay, un référenceur renommé. Le siloing a pour objectif de relier des pages ayant une thématique similaire. Cela permet aux contenus construits de la même thématique d’être rassemblés et ainsi favoriser l’univers sémantique.

Sous le même principe que les silos agricoles, chaque thématique doit être étanche. Les liens entre différentes thématiques doivent être très fortement limités pour favoriser l’efficacité de la structure.

Lorsque cette structure est utilisée pour un site internet, il faut être vigilant sur les articles similaires présents à la fin de vos contenus. En effet, il est nécessaire de sélectionner des articles de la même thématique que la page pour éviter les fuites. C’est également le cas pour les menus déroulants très complets et les insertions automatiques de liens avec un plugin.

 

Transmission du jus

Là encore les ancres de liens (libellés des liens) sont très importantes pour le positionnement des pages. Elles doivent être suffisamment pertinentes et comprendre les mots clés décrivant à l’internaute la page en question, au risque sinon de perdre du poids et des positions sur les moteurs de recherche.

Limiter nombre de liens

Pour favoriser le référencement naturel et l’expérience utilisateur, il est intéressant de mettre différents liens internes et externes dans une page web. Toutefois, les webmasters délaissent parfois le phénomène de division du jus : le jus d’une page va se diviser entre l’ensemble des pages ciblées par un lien. Quand une page comporte 20 liens, chaque page cible recevra 1/20éme de la popularité. Il faut donc prendre conscience que plus le nombre de liens est présent sur une page, moins les pages cibles bonifierons de la popularité de la page initiale.

Le nombre de liens présents dans une page doit être limité. Un grand nombre de liens sortants va diluer le jus de liens et diminuera l’impact positif du référencement des pages ciblées.

 

Le cocon sémantique

Le cocon sémantique est une structure du contenu d’un site web qui permet l’optimisation du référencement naturel. Il a été initié par Laurent Bourrelly, un consultant SEO depuis plus de 15 ans qui a été élu 3ème meilleur référenceur de France par le Journal du Net en 2013 . Cette architecture SEO est inspirée de la stratégie de Siloing : elle isole l’ensemble des pages traitant d’une même thématique et les relie entre elles. Il est important de ne pas confondre les deux termes. Le silo thématique classe le contenu dans différentes thématiques alors que le cocon sémantique va relier des pages appartenant à un univers sémantique commun.

schema_cocon_semantique

 

Le cocon sémantique permet d’assurer aux moteurs de recherche un niveau d’expertise pertinent sur un univers sémantique donné. Lier l’ensemble des pages d’un site web diminue l’aspect d’expertise d’un sujet précis aux yeux de Google. Il permet d’être présent sur des mots clés pertinents et ainsi de toucher un trafic qualifié. Il a pour but de placer l’internaute au cœur de la stratégie de référencement.

 

La grappe sémantique

Le concept de la grappe sémantique est proche de celui du cocon sémantique. L’objectif étant là encore d’envoyer du jus sémantique. L’idée est donc de pousser une page cible d’un site web en lui greffant un groupe de pages appelées grappe sémantique, qui détaillera le sujet en détail. Ceci permettra à Google de considérer que vous êtes un expert dans ce domaine et vous pourrez ainsi viser les premières places de la page de résultats.

Par conséquent, la mise en place d’une grappe sémantique demande un gros travail sur le rédactionnel puisqu’elle nécessite beaucoup de contenus ainsi qu’un maillage interne pertinent. Il est donc judicieux de se faire accompagner par un consultant seo pour sa mise en place. Pour la rédaction de ses contenus web, vous pouvez passer par des plateformes de rédaction web ou via un rédacteur web freelance.